mot de passe oublié ?
S'inscrire      OK
 

La gastronomie vietnamienne résulte d'un mélange d'influences culturelles. Elle se distingue des autres pays de l'Asie du Sud-Est par sa finesse, sa légèreté et la variété de ses plats. Il existe plus de 500 plats nationaux sans compter les variantes régionales : Nord, Centre et Sud.

Au Nord, la cuisine est plus rustique avec l'utilisation des légumes, des herbes et des poissons d'eau douce.
D'inspiration d'art culinaire chinois, la cuisson en ragoût prédomine avec notamment le fameux phở, spécialité nationale originaire de Hanoï. Le phở est une soupe de bœuf aux pâtes de riz servie avec des lamelles d'oignons crues et des herbes aromatiques qui se consomme traditionnellement au petit-déjeuner mais également à toute heure de la journée. Ce mets se cuisine de 17 façons différentes.

Le Centre est marqué par l'ancienne capitale impériale Huê qui est réputée pour son art culinaire. La ville conserve plus de 1000 plats préparés à sa façon. La gastronomie de Huê est raffinée et sophistiquée. Les techniques de préparation et de cuisson sont complexes et la présentation très recherchée des plats requiert de la créativité et de l'habileté.
Le Centre se caractérise par une cuisine plus pimentée à base de poissons et de crustacés. L'abondance en produits frais dans cette région a permis à la cuisine végétarienne de se développer et de se perfectionner.

Le Sud présente une tradition culinaire proche des pays voisins tels le Cambodge, la Thaïlande et la Malaisie. La cuisine y est plus sucrée que dans le Nord, plus variée et plus riche avec une utilisation abondante de lait de coco, de piments frais, de diverses herbes aromatiques et épices.

La cuisine vietnamienne est plus légère, plus rafraichissante et plus parfumée que les autres pays du Sud-Est. Sa particularité s'explique par une utilisation massive de fines herbes et plantes aromatiques, de légumes crus plus particulièrement dans le Sud et de condiments.
Les marchés proposent une extraordinaire variété de légumes et de fine herbes frais telles plusieurs variétés de menthe dont la surprenante menthe de poisson Giẩp cá à l'odeur très prononcée, de basilic, de feuilles de pérille rouge Lá tía tô, piquantes à la saveur de cumin, de la coriandre longue Ngò gai plus forte, de l'herbe à paddy Ngò om à l'odeur intense de citron. L'usage de ces herbes aromatiques confère aux plats leurs somptueux arômes et leurs insolites variations de texture.

En vietnamien, manger se dit ăn cơm, traduit littéralement par "manger du riz". Le riz est à la base de tout repas, accompagné de légumes, de viande ou de poisson.
Le riz se consomme sous forme de grains, cuits à la vapeur, de nouilles, de crêpes, de brioches et sert à fabriquer du vin, du vinaigre, de la farine, des vermicelles et des galettes plates qui interviennent dans la confection des rouleaux de printemps.
La cuisine vietnamienne est riche en légumes. Les légumes peuvent être cuits à l'eau, fermentés, sautés à l'huile ou hachés en salade. La cuisson des légumes est courte et rapide et les légumes se servent croquants.
S'étendant sur 3260 km de côtes, les fruits de mer et les poissons occupent une place essentielle dans l'alimentation des Vietnamiens. Les poissons et crustacés sont préparés en soupe, en beignet, sautés, grillés, pilés ou cuits à la vapeur. Encornets, mulets, mérous, cabillauds, dorades, crevettes, crabes, langoustes, coquilles Saint-Jacques, palourdes, moules, mantes religieuses de mer, anguilles y sont dégustés.
La viande de porc est un incontournable de la cuisine vietnamienne. L'élevage de porc est très répandu au Vietnam et surtout dans les campagnes. Le porc peut être laqué, grillé, sauté, bouilli ou préparé en charcuterie.
Le bœuf est moins consommé essentiellement dû à son prix élevé et à sa fonction d'animal de trait.
La volaille est une viande prisée au Vietnam. Elle se cuisine souvent désossée et coupée en lamelles.
La préparation de ces différents mets nécessite l'utilisation d'un principal ingrédient qui est la sauce nước-mắm, sauce de poisson fermenté brune à l'arôme puissant, fabriquée à partir d'anchois frais et de sel. Le nước-mắm s'utilise dans la préparation des aliments et comme sauce d'accompagnement. Il est souvent consommé pur dans le Nord, et dilué avec de l'eau, du vinaigre de citron ou du jus de citron, du sucre, de l'ail et des piments frais pilés dans le Sud c'est ce qu'on nomme le nước-mắm chẩm. Le nước-mắm chẩm sert pour les sauces de salade, pour accompagner certains plats tels que les chả giò (pâtés impériaux) ou pour accompagner viande et poisson.
La cuisine vietnamienne se distingue ainsi de la cuisine chinoise qui utilise la sauce de soja et la sauce d'huître.
Les desserts vietnamiens se composent généralement d'un plateau de fruits accompagnés de thé. Le thé est la boisson de base des Vietnamiens, il est consommé à toute heure du jour. Il est servi après les repas, ou en signe de bienvenue ou pendant les négociations en entreprises.